Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par christian guittard

05 jun 2008Par  Thomas Cantaloube  www.mediapart.fr (source et suite)
Les « Obamistes » de France organisaient mardi soir à Paris un débat alléchant sur le thème : «L'effet Obama en France». Si le sujet consistait à jauger la popularité du nominé démocrate à la Maison-Blanche, le contrat fut pleinement rempli. Le grand

 

 

 

 

 

amphithéâtre Boutmy de Sciences-Po était plein à craquer, alors qu'au dehors, les devantures des kiosques indiquent que le sénateur de l'Illinois fait vendre du papier, si l'on en juge par les unes de l'Express et de Courrier international cette semaine. L'événement historique que représente l'accession du premier Afro-Américain sur le « ticket » présidentiel d'un des deux grands partis américains n'est pas passé inaperçu, de même que sa personnalité qui séduit des deux côtés de l'Atlantique.

 Mais pour ce qui est de mesurer l'impact que peut avoir en France la nomination d'Obama, et celui que pourrait avoir son élection au mois de novembre, les intervenants sont restés relativement discrets.

 Seul le constitutionnaliste et ancien député européen socialiste, Olivier Duhamel, s'est un peu aventuré sur ce terrain en dénonçant le « caractère incroyablement arriéré de la société française » où l'on se voile la face sur « l'absence quasi totale des Noirs à l'Assemblée nationale, au Sénat, dans les postes dirigeants de grandes entreprises et dans la haute fonction publique ».

 

© Oliver Duhamel

 

 Jean-Claude Beaujour, avocat et président du club Marco-Polo, lui a fait écho en avançant que « si nos concitoyens sont prêts [à avoir un Barack Obama en France], le système politique, lui, continue de verrouiller l'accès à l'élite politique ».

 

© Jean-Claude Beaujour

 

 À la fin du débat, nous avons proposé aux étudiants de Sciences-Po un jeu de politique-fiction en leur demandant de répondre à la question : «Imaginez qu'en novembre, Barack Obama soit élu à la présidence des Etats-Unis. Comment la France se réveille-t-elle et se regarde-t-elle dans la glace ?»

 Pour Marion Dufour, l'élection d'Obama entraînerait «une prise de conscience : si les Américains peuvent le faire, pourquoi n'en sommes-nous pas encore là ?»

 

© Marion

 

Mathieu, s'il pense que le symbole serait important, n'envisage pas de bouleversement en matière de «conceptions et (de) freins à l'intégration des minorités en politique».

 

© Mathieu

 

 Quant à Rodrigue, un jeune étudiant qui a bénéficié du programme de «discrimination positive» mis en place par Sciences-Po afin de faciliter l'accès des élèves des quartiers difficiles, l'effet Obama ne peut être que bénéfique, notamment parce qu'il offre aux jeunes de banlieue un modèle:

 

© Rodrigue

 

 Olivier Duhamel de nouveau, qui n'est pas étudiant mais professeur à Sciences-Po, y verrait «un formidable accélérateur par rapport aux années-lumière de retard que nous avons dans l'éradication effective du racisme» :

 

© Oliver Duhamel
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article