Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par christian guittard

1 2
  • Lire Aussi

    Le fastueux sommet de Paris, organisé le 13 juillet 2008 pour lancer en fanfare l'Union pour la Méditerranée («grand» projet sarkozien par excellence), aura coûté 16,6 millions d'euros à l'Hexagone – une paille. C'est l'une des révélations du rapport décapant de la Cour des comptes sur le budget de la présidence française de l'Union européenne (171 millions d'euros dépensés en six mois),publié samedi par Mediapart.

     

    Le Grand Palais avait été entièrement aménagé pour l'occasion, dans une certaine précipitation. Afin d'accueillir en grande pompe 43 chefs d'Etat étrangers, 500 techniciens avaient été mobilisés, des jours entiers – dont 300 de nuit. «Compte tenu des délais très courts de montage et démontage, le chantier devait être opérationnel 24 heures sur 24», rappelle la Cour des comptes. L'urgence? Fournir un décor au goût de Nicolas Sarkozy, de classe mondiale, digne d'un cliché avec l'israélien Ehoud Olmert ou le syrien Bachar el-Assad...

     

    A l'époque, l'un des ouvriers (qui souhaite conserver l'anonymat) a pris des clichés des préparatifs, malgré l'interdiction formelle de photographier. «Tout cet argent, c'était abuser», dit-il, choqué par cette folie des grandeurs.

     

    Ces images, Mediapart les publie aujourd'hui, parce qu'elles viennent illustrer les chiffres bruts et froids fournis par la Cour des comptes; parce qu'elles montrent, notamment, la douche construite pour le salon du président de la République, dans les coulisses d'une réunion qui n'aura même pas duré 4 heures...

     

     

    Photos DR-Mediapart
    Photos DR-Mediapart

     

     

     

     

     

     

    A cette manifestation, la Cour des comptes a jugé bon de consacrer 5 pages dans son rapport: «Par son ampleur, le caractère irrégulier des procédures suivies, et son impact massif pour les finances publiques, ce sommet constituera une forme de record», raille-t-elle, pointant le coût du dîner servi le 13 juillet au soir: plus d'un million d'euros!

     

    «Les prestations requises pour la circonstance ont été considérables, poursuit la juridiction financière. Il a fallu réaliser dans des délais très serrés une salle de déclaration finale, (...), huit salons d'entretiens bilatéraux (...), 32 cabines d'interprétation, la climatisation d'un espace immense et complexe (...), la création d'escaliers et une décoration de prestige», etc.

     

    Pour revoir le détail de la «facture», cliquez ci-dessous:

     

     

    Une douche, donc, avait été installée dans la «zone bureau du Président de la République», à côté des «salles d'entretien bilatéraux» – le tout pour un prix de 245.572 d'euros:

     

     

     

     

     

     

    Luxueuse et dernier cri, elle possédait une radio intégrée, des fonctions «jets» variées (selon l'ouvrier qui l'a photographiée)... Pour qu'elle puisse être utilisée, un ballon d'eau avait été installé, de même qu'un réceptacle pour les eaux usées. A l'arrivée, elle n'aurait jamais servi – à croire les ouvriers chargés de vider la fosse...

    Il faut dire que le sommet, prévu sur deux jours, n'aura finalement duré qu'une poignée d'heures: très vite tombés d'accord le dimanche,sur une déclaration finale assez «light», les participants ne sont pas revenus le lundi...

     

     

    Ci-dessous, d'autres photos de la «zone» présidentielle:

     

    Photos DR-Mediapart
    Photos DR-Mediapart

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'Etat français a, par ailleurs, déboursé 653.703 euros pour installer un système de climatisation, jugé indispensable -en réalité vite arrêté. Pour déployer la tuyauterie nécessaire, les techniciens ont dû bâtir au préalable un «podium» de 1,20m, sous lequel tout faire passer, sur l'ensemble du rez-de-chaussée. Coût supplémentaire: 301.208 euros! Voici une photo des conduites de climatisation, qui couraient partout:

     

     

     

     

    Quant aux équipements offerts aux journalistes, ils ont atteint des sommets, avec la création d'une «salle de rédaction» dans une aile du Grand Palais (183.627 euros), mais aussi de «salles de points presse» (417.224 euros), de «cabines radios et TV» sur le balcon (325.783 euros), ou encore d'une «tente accréditation presse»(47.001 euros)... Et pour que les images de Nicolas Sarkozy en compagnie de ses invités soient parfaites, un «stand up» avait été installé à l'entrée, pour la bagatelle de 95.155 euros...


    Quant au Petit Palais, où s'est juste déroulé le dîner entre chefs d'Etat, il n'avait pas été négligé: pour magnifier quelques minutes d'une arrivée sous les flashs, un «podium photographes» et un«tapis d'accueil» avaient été installés, pour 18.839 euros... Enfin, la Cour des comptes détaille le coût des «conférences de presse»: 36.044 euros pour celles organisées à l'Elysée, et surtout 351.047 pour la «finale», sous la «tente parking» du Grand Palais... Une débauche de moyens à l'attention des médias.

     

     

     

    La salle de rédaction

     

     

     

    Partout, des écrans de télé plasma – la valeur du mobilier dans son ensemble aura atteint 400.464 euros, en plus des jardinières et des monolithes (194.977 euros). Des chiffres qui finissent par donner le tournis...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article