Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retraite: la Banque de France bloque la «joint-venture» des frères Sarkozy

par christian guittard 26 Novembre 2010, 13:01 information

Suite et source de l'article www.mediapart.fr

ecrit par Laurent Mauduit

La nouvelle n'est pas encore officielle mais selon les informations recueillies par Mediapart, elle ne fait plus aucun doute: le projet de Guillaume Sarkozy, le frère du chef de l'Etat, visant à créer, avec l'aide discrète de l'Elysée, une société destinée à devenir un acteur majeur de la retraite complémentaire privée a du plomb dans l'aile. Les salariés de la Caisse nationale de prévoyance (CNP), une société qui est contrôlée indirectement par l'Etat et qui devait venir appuyer l'opération, en ont été informés, jeudi 25 novembre, par un message sur l'intranet de l'entreprise: l'opération n'a pas reçu les agréments nécessaires des autorités de tutelle et sera donc au mieux différée, au pire annulée.

 

Les frères Sarkozy
Les frères Sarkozy
Pour Nicolas Sarkozy, et son frère Guillaume, délégué général du groupe de protection sociale Malakoff Médéric, c'est un grave revers, que nul ne prévoyait, tant il semblait évident que le second pourrait mener à bien cette très fructueuse opération appuyée par le premier. Et pourtant...

 

Voici le message interne communiqué, jeudi, aux salariés de la CNP: «Projet Epargne Retraite: point de situation au 24 novembre 2010 – Au cours de ces derniers mois, notre projet de création d'une société commune d'épargne salariale et d'épargne retraite a franchi bien des obstacles. Sa réalisation est en effet soumise à 19 conditions dites“suspensives”, concernant notamment nos instances réglementaires (Autorité de Contrôle Prudentiel, Autorité des Marchés Financiers, Direction générale de la Concurrence, Trésor, Direction générale des Finances publiques). Nous constatons malheureusement aujourd'hui que l'Autorité de Contrôle Prudentiel n'a pas agréé en l'état le transfert dans la Société commune de certains portefeuilles. La levée des conditions suspensives ne peut donc pas être réalisée avant la fin de l'année 2010. De ce fait, les transferts de portefeuilles et de personnels ne sont désormais plus possibles au 1er janvier 2011.»

 

Signé par Gilles Benoist, directeur général de la CNP, et Guillaume Sarkozy, délégué général de Malakoff Médéric, le message précise: «Les Directions générales réitèrent leur souhait de poursuivre ce partenariat dont l'intérêt stratégique demeure. Dans ce cadre, les Conseils d'administration seront prochainement saisis et les Comités d'entreprise informés. Nous tenons à nouveau à remercier l'ensemble des collaborateurs impliqués dans la création de la nouvelle société pour la qualité du travail déjà effectué. Nous savons que nous pouvons compter sur la mobilisation de tous pour la réussite du partenariat. Nous vous tiendrons informés le plus rapidement possible des prochaines étapes.»

 

L'histoire commence en 2006. A l'époque, Guillaume Sarkozy traverse une mauvaise passe. L'entreprise textile dont il était le PDG a piqué du nez et il est éconduit de manière peu glorieuse des instances dirigeantes du Medef. De bonnes fées veillent pourtant sur lui. Il est parachuté à la tête du groupe Médéric, qui se rebaptisera quelque temps plus tard Malakoff Médéric. Il s'agit de l'un de ces organismes de retraite complémentaire financièrement très riches, qui se sont progressivement détachés de leur monde d'origine, celui du mouvement mutualiste et coopératif, pour muter à vive allure en de curieux ovnis financiers, contrôlés par personne: ni véritablement par leurs sociétaires ou cotisants, ni par les marchés financiers.

commentaires

Haut de page