Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pauvreté : un constat accablant de la politique suivie par le chef de l'Etat

par christian guittard 30 Août 2011, 16:00 information

source et suite de l'article www.mediapart.fr

par Laurent Mauduit

Le bilan économique et social de la présidence Sarkozy est tout entier résumé par ces statistiques, que vient de publier l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee): le nombre des pauvres a franchi en France en 2009 un nouveau record pour atteindre le chiffre de 8,2 millions de personnes (+337.000 par rapport à 2008) tandis le niveau de vie médian des Français est resté bas, s'élevant à 19.080 euros annuels, soit 1.590 euros par mois. L'étude (Insee Première, n°1365, août 2011) publiée mardi 30 août dresse donc, en creux, un constat accablant de la politique suivie par le chef de l'Etat: des riches de plus en plus nombreux et de plus en plus riches, des pauvres de plus en plus nombreux et de plus en plus pauvres!

 

 

On pourrait penser qu'il n'y a là rien que de très normal: c'est en effet dans le courant de cette année 2009 que la crise financière et économique planétaire a fait sentir ses effets les plus violents, faisant le lit du chômage et opérant une grave ponction sur tous les revenus. Il était donc prévisible que le niveau de vie des Français en pâtisse, des plus riches jusqu'aux plus modestes. 

Et pourtant, non! Car cette étude met en évidence les effets sélectifs de la crise: du fait de la politique économique et sociale, elle a d'abord frappé les foyers les plus faibles et les plus démunis. Face à la crise, le gouvernement a fait le choix de l'ajustement social: alors que les revenus des entreprises (et surtout des plus grandes) se sont très vite redressés sous l'effet notamment de plans de soutien à l'activité, alors que les très hauts revenus n'ont cessé d'être cajolés avec notamment la suppression partielle de l'impôt de solidarité sur la fortune, les plus bas revenus n'ont profité d'aucune de ces attentions. Sous l'effet d'une crise économique historique, ce sont eux d'abord qui ont été atteints.

commentaires

Haut de page