Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par christian guittard

source et suite de l'article www.mediapart.fr

14 Juillet 2010 Par 

 

La générosité de la «maison» Bettencourt à l'égard de l'UMP a emprunté bien des canaux. Un mémo «confidentiel» de Patrice de Maistre (le gestionnaire de fortune de la milliardaire), publié mardi 13 juillet par le site du Nouvel Observateur, a révélé que Liliane et André Bettencourt, au cours de l'année 2006, avait non seulement signé un chèque de 7.500 euros chacun à l'ordre de l'UMP (le maximum autorisé par an et par formation politique pour les particuliers), mais qu'ils avaient consenti deux versements supplémentaires (du même montant) à «l'Association de soutien à l'action de Nicolas Sarkozy».

Basé à Neuilly-sur-Seine, ce micro-parti inconnu du grand public, identifié de ses seuls donateurs, n'a jamais eu qu'une seule mission: récolter des fonds en parallèle de l'UMP.

Pour télécharger le mémo, cliquez ici:

 

 

C'est la deuxième «Association» de ce genre à émerger au grand jour - après que Mediapart a révélé l'existence de l'«Association de soutien à l'action d'Eric Woerth», qui a touché 7.500 euros de Liliane Bettencourt en 2008 (d'après l'avocat de Patrice de Maistre).

La multiplication de ces petites trésoreries «satellites», chargées de reverser une partie de leur collecte à la «maison mère», autorise les donateurs à dépenser, en toute légalité, bien plus que 7.500 euros par an. Pour le couple Bettencourt, la somme globale a ainsi atteint 30.000 euros minimum en 2006, au seul profit de l'UMP.

 

Car l'ultime bénéficiaire des dons effectués à l'ordre de l'«Association de soutien à l'action de Nicolas Sarkozy» ne fait aucun doute: c'est l'UMP elle-même. D'après le mémo de 2006 rédigé par Patrice de Maistre, c'est bien rue de la Boétie (siège de l'UMP), et pas du tout à Neuilly (siège du micro-parti), qu'André Bettencourt a été invité à déposer ses chèques - comme«convenu avec Monsieur Woerth» lors d'«une réunion»... A l'époque, c'est d'ailleurs l'assistant du trésorier de l'UMP, Vincent Talvas (aujourd'hui«conseiller spécial» du ministre du Travail), qui a été missionné pour«recevoir le pli en mains propres».

 

Pour la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (chargée des contrôles), ce genre de tour de passe-passe constitue un véritable «détournement» de la loi.

Alors qui s'y prête? D'après les documents consultés par Mediapart, portant sur les années 2007 et 2008, le président de l'«Association de soutien à l'action de Nicolas Sarkozy» n'est autre que Christian Estrosi. Maire de Nice, ce dernier fréquente peu Neuilly-sur-Seine, mais apparaît comme l'un des plus fervents soutiens du chef de l'Etat (qui lui a confié le ministère de l'Industrie au lendemain des régionales).

 

 

Extrait du rapport des commissaires aux comptes pour 2008
Extrait du rapport des commissaires aux comptes pour 2008
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article