Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Morts dans la rue : 376 depuis le début de l'année 2011

par christian guittard 27 Décembre 2011, 17:58 information

COLLECTIF LES MORTS DE LA RUE

 

HOMMAGE AUX MORTS DE LA RUE.  

6 DECEMBRE 2011.  

PLACE LEON BLUM

PRESENTATION DU COLLECTIF LES MORTS DE LA RUE 

- Depuis 2002, le Collectif les Morts de la Rue, avec les associations et bénévoles qui le constituent, rend 

hommage 2 fois par an aux Morts de la Rue.  

- Pourquoi ? pour faire savoir que vivre à la rue mène à mourir prématurément, refuser l’oubli de ces 

personnes, et permettre aux proches, amis, familles, voisins, maraudeurs, travailleurs sociaux, de faire 

mémoire de ces personnes. 

- Qui sont ces morts ? ils vivaient ou avaient vécu à la rue, des mois ou des années. Ils sont morts parfois à la 

rue, mais parfois aussi en la quittant, ou au cours d’hospitalisation.  

- Nous avons appris ces décès par les associations, par les familles, par les amis, et parfois par des institutions.  

Cette liste pourtant longue n’est pas exhaustive.  

- Quelques chiffres : l’an dernier, 400 décès, cette année, déjà 325 appris, dont plus de 200 seront lus ce soir. 

Cet hommage a lieu au seuil de l’hiver. Mais c’est toute l’année que vivre à la rue mène à mourir. Le scandale 

n’est pas le froid, mais de vivre à la rue. 

OUVERTURE DE LA CELEBRATION, par Christophe LOUIS, président du Collectif les Morts de la Rue  

Bonsoir ! 

Notre rituelle célébration prendra-t-elle fin un jour ? 

Ce rendez vous revient ce soir pour honorer la mémoire des personnes de la rue décédées au cours des 6

derniers mois. 

Le collectif a pour objectif de rendre hommage, d’accompagner les proches et d’interpeller sur les causes 

de la mort prématurée des personnes à la rue. 

Nous rappelons que vivre à la rue tue ! 

Au cours de ces 6 derniers mois nous avons appris la mort de plus de 230 personnes dont les noms seront 

cités ce soir. 

Le contexte actuel nous demande plus d’engagement et de vigilance à l’égard des personnes les plus 

pauvres. 

A l’heure où l’on nous parle de crise économique, nous commençons à entendre des discours 

discriminatoires. 

Nous voyons se développer une réelle chasse aux pauvres au lieu de chasse à la pauvreté. 

Nous souhaitons rappeler qu’en temps de crise ce sont les valeurs de solidarité qui doivent être mises en 

avant et non l’opposition des populations entre elle. 

Non ! Les pauvres ne sont pas des fraudeurs  

Non ! Les pauvres ne sont pas des voleurs.  

Non ! Les pauvres ne sont pas le cancer de la société. 

Les personnes en précarité n’ont pas choisi ce statut. 

 Elles espèrent toutes ne plus vivre dans la rue et dans la misère. 

Nous invitons chacun à prendre ses responsabilités car la lutte contre la pauvreté est de la responsabilité 

de tous. La responsabilité de notre gouvernement afin de donner les moyens nécessaires pour que les personnes 

soient accueillies et accompagnées. 

La responsabilité de nos élus de la république qui  doivent voter des lois et des budgets adaptés aux 

problèmes. 

La responsabilité des collectivités locales qui sous prétexte de paix sociale, développent une autre forme 

d’exclusion, avec des arrêtés anti mendicité, l’interdiction de rester en groupe ou de planter sa tente faute 

de toit pour dormir. 

La responsabilité des acteurs sociaux qui n’adaptent pas toujours leurs offres aux besoins des personnes. 

La responsabilité des citoyens qui  restent trop souvent passif devant cette situation. 

Oui la responsabilité est collective et c’est ensemble dans le souci de l’intérêt général que nous pourrons 

faire changer cela. 

Nous avons le devoir de solliciter chacun pour que personnes ne vivent et ne meurent dans la rue. 

commentaires

Haut de page