Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Made in France" : un slogan loin des réalités

par christian guittard 27 Janvier 2012, 14:46 information

dessin : http://blog.usinenouvelle.com/high-tech/economie/le-fabrique-en-france-ne-doit-pas-etre-une-incantation/attachment/made-in-france/

source et suite de l'article www.mediapart.fr par MATHIEU MAGNAUDEIX

C’est la nouvelle lubie des candidats à la présidentielle. Leur remède anti-crise, anti-délocalisations, anti-chômage. Voici le cocorico industriel érigé en doctrine économique pour la France de 2012, remède de choc pour une industrie en déconfiture.

Depuis plusieurs semaines, c’est la surenchère. L’UMP propose un« nouveau patriotisme économique ». En visite en décembre à Sallanches (Haute-Savoie), dans l’usine de skis Rossignol qui a réinstallé dans l’Hexagone sa production délocalisée à Taiwan, le presque candidat Sarkozy a vanté les mérites du « produire français ». La TVA sociale, qu'il appelle désormais de ses vœux, est présentée (faussement) comme un rempart aux délocalisations, censée renchérir les biens importés – en fait, elle renchérira tous les biens consommés.

François Hollande propose d’aider en priorité les entreprises qui« relocalisent » leur activité, et parle lui aussi de « patriotisme industriel » quand il visite une usine d’Alstom. François Bayrou, invité de Mediapart ce vendredi, bat la campagne dans les terres industrielles et fait du « produire français » une « obsession nationale ». Il propose un label à apposer sur les produits bien de chez nous.

Marine Le Pen n’est évidemment pas en reste. Elle qui vante une France barricadée dans ses frontières promet de faire voter une loi “achetons français” qui créerait 500.000 emplois industriels en cinq ans. Sur France Inter, l'écologiste Yves Cochet vante les « jouets en bois du Jura » parce qu'« on en a marre des merdes en plastique pour les enfants à Noël ». Rares sont les politiques qui ne font pas vibrer en cette campagne la fibre nationale quand il s’agit d’évoquer l’avenir de l’industrie en France, ce que montre assez bien ce clip sur Libération.fr.

La rengaine n’est pas nouvelle. « Nos emplettes sont nos emplois », proclamait dans les années 1990 une publicité des chambres de commerce et d'industrie :

© Ina.fr

 

« Ça me rappelle l'affiche "Suivez le bœuf" qu'on voyait dans les boucheries au début des années 60 », ironise Jean-Luc Gaffard, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques, qui vient de publier avec Sarah Guillou et Lionel Nesta un long texte sur le retour dans le débat du slogan “acheter français” (à lire sur le blog collectif de l'OFCE). A l'époque, le ministre de l'agriculture Missoffe voulait encourager les Français à manger de la vache française.

 

Cette incantation franchouillarde est sans nul doute la manifestation du désarroi des politiques face à la crise, ainsi qu'une tentative de répondre par des slogans à une profonde crise identitaire, dans l'électorat populaire notamment. Aux Etats-Unis, Barack Obamavante lui aussi le « made in America » en vue de la présidentielle de novembre prochain .

Mais « tout cela démontre aussi que les politiques sont encore dans une vision assez archaïque du système économique, juge Olivier Bouba-Olga, économiste au Centre de recherche en intégration économique et financière de l’université de Poitiers, qui tient un blog dans lequel il commente l'actualité et les débats sur l'industrie. Ils l'appréhendent encore comme une guerre économique entre des Etats-nations en concurrence les uns contre les autres, alors que le système économique mondial est de plus en plus interdépendant, avec des processus très fragmentés. Politiquement, ce discours peut rapporter des voix. Mais c'est aussi dire une façon de caresser les gens dans le sens de leurs peurs… et c'est passer en grande partie à côté des problèmes. »

commentaires

Haut de page