Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les narcotrafiquants à la barre.

par christian guittard 19 Août 2012, 16:14 information

 

Ce ne sont pas des narcotrafiquants Colombien du cartel de Medellin qui comparaissent à la barre du tribunal ce jeudi 7 juillet. Ce sont quatre trafiquants Cantaliens qui avaient monté un trafic de cannabis et de cachets d'extasy.

Un bar leur servait de base arrière. On pouvait y trouver en 2003-2004 des « savonnettes de cannabis » d'environ 200 grammes.

Le gérant du bar, en détention préventive depuis huit mois, prenait des précautions de Sioux dans l'usage de son téléphone. Lors de ses conversations téléphoniques avec ses acheteurs il désignait le cannabis ou l'extasy par « cd, dvd, truc, gâteau ». Le gérant fumait du cannabis dans son bar au vu et au su de tout le monde. Les trois autres accusés fréquentaient assidûment le bar. L'un d'eux avait obtenu le gîte et le couvert, soit disant sans contrepartie. Mais il revendait de temps en temps un peu de drogue à Aurillac, 10 à 30 cachets d'estasy. Un autre accusé reconnaît qu'il fumait 4 à 5 « pétards » par jour et parfois bien davantage. Il revendait, lui aussi, pour se payer sa drogue.

Lorsque le Président du tribunal demande au gérant du bar pourquoi on a retrouvé des traces de drogue dans ses urines suite à une analyse, celui-ci répond benoîtement qu'il a dû, lors d'une soirée de fumerie, respirer de la fumée de cannabis. Mais il n'était pas consommateur ce soir-là.

D'ailleurs il nie tout en bloc, trafic et consommation. Il est innocent et victime à la fois, tout le monde lui en veut.

Les autres accusés ont en effet tendance à le charger.

Madame le Procureur de la République souligne que le gérant de bar a essayé « d'enfumer les enquêteurs ». Elle met aussi en exergue la notion de profit, double profit selon elle : profit direct avec l'argent récolté et profit indirect avec les consommations personnelles.

Elle demande, en condamnation: pour le gérant du bar : 3ans de prison ferme dont 18 mois avec sursis et pour les trois autres accusés 15 mois, 12 mois et 12 mois de prison avec sursis.

Les avocats rentrent alors en action pour expliquer les comportements répréhensibles de leurs clients respectifs. Ils insistent sur le caractère occasionnel de la revente. L'avocat du gérant plaide la clémence du tribunal en expliquant, que selon lui, « on avait tout mis sur le dos de son client à l’instruction.» 

Les différents prévenus n'ont aucune condamnation à leur casier judiciaire.

Après un délibéré du tribunal les condamnations tombent : 2 ans de prison ferme dont 1 an avec sursis pour le gérant du bar, 9 mois, 4 mois et 3 mois de prison avec sursis pour les coaccusés.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page