Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les documents qui prouvent le «lien» entre Sarkozy et Takieddine

par christian guittard 28 Septembre 2011, 14:00 information

 PAR FABRICE ARFI

suite et source de l'article www.mediapart.fr

Mis en examen pour « complicité et recel d'abus de biens sociaux » par le juge Renaud Van Ruymbeke dans l'affaire des ventes d'armes françaises au Pakistan et à l'Arabie saoudite, l'homme d'affaires Ziad Takieddine est devenu pour l'Elysée – et tout particulièrement pour Nicolas Sarkozy – une sorte de version politique et judiciaire du sparadrap du capitaine Haddock. Trop collant, impossible de s'en défaire.

 

© Reuters
Lundi 26 septembre, sur le plateau de l'émission «Mots Croisés» (France-2), le conseiller spécial du président de la République, Henri Guaino, dans un geste quasi sacrificiel de protection du chef de l'Etat, est allé jusqu'à lancer au directeur de Mediapart, Edwy Plenel, avec lequel il débattait : «Je vous mets au défi d'établir un lien ou d'apporter la preuve d'un lien entre M. Sarkozy et M. Takieddine.»

 

 

Mediapart relève le « défi » et publie les preuves (notes de Ziad Takieddine, rapport de police, document de la DCN...) qui démontrent ce « lien » que l'Elysée voudrait oublier et, surtout, faire oublier, tant l'enquête du juge Van Ruymbeke sur le marchand d'armes Ziad Takieddine devient dangereuse pour la présidence de la République.

 

Tous les documents que nous publions, dont certains ont été découverts par l'ex-femme de Ziad Takieddine dans leur maison de Londres, sont aujourd'hui entre les mains des policiers et de la justice.

  • Un encombrant rapport de la police luxembourgeoise

Fil d'Ariane de la part d'ombre du sarkozysme depuis quinze ans (voir notre série-enquête "Les Documents Takieddine"), Ziad Takieddine est soupçonné d'avoir été la cheville ouvrière d'un vaste système de détournement d'argent sur les ventes d'armes du gouvernement Balladur, dont Nicolas Sarkozy fut, entre 1993 et 1995, le ministre du budget.

 

L'intermédiaire Takieddine est notamment mis en examen pour avoir été le destinataire de 28 millions d'euros de commissions occultes versées par la Direction des constructions navales (DCN), constructeur de sous-marins vendus en toute hâte par le gouvernement Balladur en septembre 1994, huit mois avant le premier tour d'une élection présidentielle dont l'un des deux candidats de la droite était... Edouard Balladur.

 

Ce faramineux montant de commissions, consenties par l'Etat français à une date (juillet 1994) où les négociations avec le Pakistan étaient déjà closes, a transité par une société écran de la DCN, Heine, implantée au Luxembourg. L'argent a ensuite été ventilé via une autre société offshore, Mercor, dont l'un des ayants droit est Ziad Takieddine. Une partie des sommes pourrait avoir in fine atterri dans les caisses de l'Association de financement de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, l'Aficeb. En toute illégalité. 

 

Un rapport de la police luxembourgeoise daté du 19 janvier 2010, que Mediapart a révélé l'an dernier et que nous publions pour la première fois en intégralité (ci-dessous), présente Nicolas Sarkozy comme étant celui qui, avec Nicolas Bazire, alors directeur de cabinet d'Edouard Balladur, a validé la création de la sociétéoffshore Heine, boîte noire des secrets inavouables de Ziad Takieddine.

 

Nicolas Bazire, témoin du mariage de Nicolas Sarkozy avec Carla Bruni en 2008, a été mis en examen, la semaine dernière, pour«complicité d'abus de biens sociaux».

 


commentaires

Haut de page