Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par christian guittard

source et suite de l'article :

www.mediapart.fr 03 Novembre 2010 Par 

La Cour des comptes peut se rhabiller: la justice vient d'enterrer «l'affaire des sondages de l'Elysée». L'institution financière était pourtant tombée de sa chaise, à l'été 2009, en découvrant le caractère «exorbitant» du contrat passé entre la présidence de la République et Patrick Buisson (ancien journaliste d'extrême droite, conseiller ès sondages de Nicolas Sarkozy): ficelée à la va-vite au lendemain de la présidentielle, cette«convention» d'une petite page avait été signée par l'Elysée sans le moindre appel d'offres – «en dépit du dépassement du seuil au-delà duquel la passation d'un marché est obligatoire», avait repéré la Cour des comptes. Le 25 octobre, le parquet de Paris a cependant classé sans suite la plainte pour «délit de favoritisme», que l'association Anticor (qui lutte contre la corruption) avait déposée contre X.

 

En fait, le parquet a refusé d'examiner le fond du dossier, s'appuyant sur l'irresponsabilité pénale du chef de l'Etat, étendue pour l'occasion à tous les collaborateurs de l'Elysée (dont l'ancienne directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, Emmanuelle Mignon, signataire du contrat). Il a même étiré ce parapluie jusqu'au «cocontractant» de la présidence, c'est-à-dire Patrick Buisson et ses sociétés (Publifact et Publiopinion)!

 

Dans son avis de classement définitif (que Mediapart publie ci-dessous dans son intégralité), le vice-procureur Jean-Michel Aldebert, chef de la section financière du parquet, commence certes par citer les conclusions de la Cour des comptes: «(Elle) paraît reprocher à la Présidence de la République (...) d'avoir octroyé un avantage injustifié à Publifact», écrit-il. Sans jamais rappeler, d'ailleurs, que Christian Frémont, l'actuel directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, a lui-même reconnu «une anomalie dans le contrat» lors d'une audition à l'Assemblée nationale, et qu'il a lancé en octobre 2009 un appel d'offres en bonne et due forme pour régulariser la situation du «Château»...

 

Pour télécharger la décision, cliquez ICI:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais peu importe: très vite, le parquet bifurque. Son raisonnement se déploie dès lors en deux temps: d'abord, il rappelle que «le Président de la République bénéficie d'une irresponsabilité pour les actes accomplis en cette qualité durant son mandat» (article 67 de la Constitution); ensuite, il estime que cette «irresponsabilité (...), qui vise à protéger la fonction présidentielle et non son titulaire, doit s'étendre aux actes effectués au nom de la Présidence de la République par ses collaborateurs».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article