Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En Colombie, les palais de Gaubert et Couzi intéressent les juges de l'affaire Karachi

par christian guittard 10 Juillet 2012, 16:36 information

source et suite de l'article www.mediapart.fr par  KARL LASKE ET FABRICE ARFI

L'enquête Karachi va bien passer par la Colombie. Selon l'AFP, qui cite le parquet colombien, Bogota a en effet reçu il y a quelques jours des autorités françaises une commission rogatoire« qui sollicite la vérification de certains aspects de la situation financière » de M. Jean-Philippe Couzi. Les lecteurs de Mediapart connaissent bien ce Couzi. Il n'est autre que l'associé de Thierry Gaubert dans ses affaires colombiennes, et en particulier les deux bars Nichon et Nibar, comme nous le racontions en décembre dernier. Plusieurs enquêteurs colombiens, agissant sous l'autorité du parquet local, ont d'ailleurs déjà réalisé des investigations sur ces établissements.

Selon la source du parquet colombien citée par l'AFP, il ne s'agit pas pour le moment d'une enquête officielle mais plutôt de fournir des précisions aux autorités françaises. La demande française émane des juges enquêtant dans le cadre de l'affaire Karachi.

Outre qu'il est un ami personnel et associé de Thierry Gaubert, Jean-Michel Couzi est aussi un proche de Nicolas Bazire. Il est par ailleurs l'époux d'Astrid Betancourt, sœur d'Ingrid, l'ancienne otage des Farc. Thierry Gaubert est soupçonné par la justice d'avoir été un porteur de valise lors de la campagne d'Edouard Balladur en 1995. Il aurait remis l'argent à Nicolas Bazire, conseiller d'Edouard Balladur au moment de la campagne présidentielle de 1995. Les deux hommes ont été placés en garde à vue dans le cadre de cette enquête qui porte sur l'utilisation de rétro-commissions liées au contrat Karachi. Lors de cette campagne, Nicolas Sarkozy était le porte-parole du candidat.

Selon le quotidien El Tiempo, les enquêteurs s'intéressent également aux affaires colombiennes de Thierry Gaubert, et en particulier sa propriété de la localité huppé de Nilo. Village dans lequel Jean-Michel Couzi possède lui aussi une villa. Avoirs et et comptes bancaires de Couzi et Gaubert intéressent les enquêteurs, selon El Tiempo, qui précise que c'est une cellule anti-blanchiment qui a été chargée d'enquêter.

L'histoire de ces deux villas et des affaires colombiennes de Thierry Gaubert ont fait l'objet de trois articles de Mediapart début décembre 2011. Nous republions ci-dessous le premier. Les deux autres sont à lire en cliquant dans l'encadré à gauche du début de l'article.

--------------------------------------------------------------------------------------

De nos envoyés spéciaux en Colombie

Hacer click aquì para leer o compartir este artìculo en español.

« Personne ne peut passer ! Depuis l'affaire, on a des consignes... » A Nilo, à cent cinquante kilomètres de Bogota, le gardien posté jour et nuit à l'entrée du domaine de Thierry Gaubert repousse gentiment, mais fermement, les visiteurs. Autour de sa guérite en toit de chaume, on ne voit rien dépasser de la végétation tropicale, ni des montagnes alentour.

Il y a dix ans, l'ancien conseiller et ami de Nicolas Sarkozy, mis en examen en septembre dans l'affaire Takieddine, a fait construire ici, secrètement, à l'abri du fisc français, une majestueuse propriété avec des fonds occultes, dont les juges n'ont pas encore percé tous les mystères.

La guérite qui protège l'entrée de la propriété de T. Gaubert. La guérite qui protège l'entrée de la propriété de T. Gaubert. © Mediapart

Les policiers l'ont découverte, en juillet dernier, en juxtaposant les pièces saisies lors d'une perquisition à son bureau. Un dossier d'abord, des photos ensuite, puis de nombreux mails. En septembre, Thierry Gaubert nie, puis finalement confirme l'existence de ce repaire étrangement niché au cœur de la cordillère colombienne. Une finca, aux allures de monastère, qu'il a baptisée Cactus.

Sur le même domaine interdit aux visiteurs, un autre ami du clan, Jean-Philippe Couzi, une relation de Nicolas Bazire, le n°2 du géant français du luxe LVMH, a construit encore plus grand : c'est Palmera, un palais à colonnades entouré de palmiers. Tout aussi invisible depuis la route. Les deux propriétés ont été louées pour une telenovela colombienne plutôt trash, Las Munequitas de la Mafia. Traduire : Les Petites Poupées de la Mafia. L'architecture post-coloniale des maisons constituait apparemment le décor idéal...

Une partie du clan est venu y goûter l'air de la selva. Le marchand d'armes Ziad Takieddine, Olivier Dassault, héritier de l'avionneur, député UMP et patron de Dassault Communication, Alexandre de Juniac, ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy au ministère du budget (1993-95), aujourd'hui patron d'Air France, ont séjourné à Cactus.

De son côté, M. Takieddine a même versé 100.000 dollars sur un compte bancaire servant à la gestion de la propriété de Nilo. Le clan y envoyait des courriers aussi. Une employée de la poste de Nilo se souvient des lettres de la Présidence de la République française adressées à Jean-Philippe Couzi après 2007. Ce dernier se vantait de connaître le président Sarkozy.

Il faut quinze heures d'avion, puis quatre heures de voiture, avant de s'engager sur la petite route qui conduit à Nilo. Alors que s'alignent les maisons de fortune aux toits de tôle ondulée, on entre dans une des vallées les plus riches et sécurisées de Colombie.

Pancarte annonçant la proximité d'une base militaire. Pancarte annonçant la proximité d'une base militaire. © Mediapart

« Derrière cette montagne, vous avez Tolemaida, la plus importante base militaire d'Amérique latine, explique l'un des amis de M. Gaubert, le richissime ophtalmologue Jaïme Luis Vargas. Des forces spéciales du monde entier viennent s'y entraîner. Et avec l'école Espro (escuela de formacion de soldados profesionales) de Nilo, on compte trois autres bases militaires dans les environs. Voilà pourquoi les plus puissants hommes de Colombie ont acheté ou construit des résidences ici ! »

Ceux-là ne sont pas nombreux. A quelques centaines de mètres de Cactus et de Palmera, l'ancien président Andres Pastrana, la famille de l'actuel président Juan Manuel Santos, des généraux, Jorge Enrique Mora, l'ancien chef d'état-major de l'armée, et Teodoro Ocampo, l'ancien directeur de la police, se sont installés dans lecondominio El Lago – un lac où l'on peut faire du ski nautique. Ces prestigieux voisins ont tous fréquenté les « franceses », MM. Gaubert et Couzi.

commentaires

Haut de page