Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des fractures sociales de plus en plus béantes

par christian guittard 12 Janvier 2011, 11:27 information

source de la photo : dodiblog.unblog.fr/2008/12/

source de l'article www.mediapart.fr

par Laurent Mauduit et Hugo Vitrani

«Vive la crise !» Compte tenu de la gravité des turbulences qui secouent la planète, il ne se trouve plus personne de nos jours pour oser parodier l'émission de télévision qu'Antenne 2 avait eu le front de réaliser en 1984, avec Yves Montand pour maître de cérémonie, et quelques autres comparses dont le marchand d'influences Alain Minc, le futur ex-directeur deLibération Laurent Joffrin ou encore... Philippe de Villiers, présenté en jeune entrepreneur dynamique ! Changement d'époque ! C'est Pierre Arditi, ce mardi soir, qui devait jouer le Monsieur Loyal, aux côtés de l'économiste Daniel Cohen, pour expliquer la crise aux Français, à l'occasion d'une émission de France-2 («Le roman de la crise»). Et le ton, semble-t-il, devait être un tantinet plus réaliste, sinon plus pessimiste. En tout cas, sortir des poncifs ultra-libéraux qui avaient inspiré, voici bientôt vingt-six ans, cette célèbre et très choquante émission.

 

 

 

Changement de ton, donc. Mais, pour autant, a-t-on bien pris la mesure de l'ampleur de la crise sociale que la France connaît actuellement, dans le prolongement de la crise économique et financière qui la secoue depuis plus de deux ans ? Ce n'est pas certain, et c'est l'ambition de notre «édito vidéo» que l'on peut visionner ci-contre : souligner l'extrême gravité de la crise sociale dans laquelle le pays s'enfonce et qui transparaît des indicateurs économiques et sociaux les plus récents, même si beaucoup d'experts officiels la négligent ou la sous-estiment.

Un chômage toujours à des niveaux records, une pauvreté qui gagne du terrain, un nombre d'allocataires du RSA qui accuse une ascension vertigineuse, une austérité salariale sans précédent : c'est un état social délabré qui transparaît des indicateurs économiques et sociaux les plus récents.

Et comme par contraste, la politique économique et sociale conduite par le gouvernement a pour effet non pas d'amortir le choc mais de l'accentuer plus encore. Pas de coup de pouce en faveur du salaire minimum pour la cinquième année consécutive, réduction massive des crédits publics en faveur des interventions sociales (RSA, etc.) : face à la crise, le gouvernement a clairement fait le choix de l'«ajustement social».

Les statistiques citées dans cet «édito» peuvent être facilement retrouvées. Les voici :

Pour aller au-delà, on peut par ailleurs se référer à ces enquêtes récentes de Mediapart:

Pour ceux que cela intéresse, voici enfin ci-dessous le lancement de la fameuse émission d'Antenne 2, «Vive la crise !», diffusée en février 1984:

 

commentaires

Haut de page