Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par christian guittard


La partie suivante des propos échangés entre les politiques locaux cette semaine lors des assemblées respectives Conseil Général et CABA s'est retrouvée retranscrite dans le quotidien local "La Montagne du 7 novembre.
Cette dernière en a fait sa une sous le titre "Climat politique tendu dans le Cantal", article écrit par : 
Richard Benguigui richard.benguigui@centrefrance.com 
Les mots doux ont fusé, mais pour une fois des non dits (qui obscurcissent le débat) ont été exprimé avec des termes virils,sans aucun sous entendu.
Les tronçonneuses et les obus étaient de la fête avec pour conclusion « Quelque chose dans cette assemblée ne sera jamais plus comme avant » 
Et bien sur on a entendu parler de l'article de T Desjardin paru le 29 août 1996 : "Le Cantal c'est la Corse sans les bombes" à lire ici : site de lightman 

Conseil général :
 A Calmette

« Par vos choix d’investissements à tout va, vous avez fait basculer le département dans un cercle vicieux où vos deux sections de fonctionnement et d’investissement se sont mutuellement fragilisées, accélérant ainsi la dégradation de la situation financière de votre collectivité jusqu’à la rendre insoutenable»
« le recours accru à l’investissement qui aboutit au fait que nous sommes le cinquième département le plus endetté de France », « la capacité de désendettement passée de 3 ans et 8 mois en 2005 à 10 ans et cinq mois en 2009 », « une augmentation d’impôt de 25 % depuis 2001 ».
« Aujourd’hui, vous nous proposez le mécanisme de la double peine : plus d’impôts et moins de réalisations en investissement et moins de services rendus en fonctionnement Monsieur le président, le Conseil général du Cantal est au bord du dépôt de bilan. »

Réponse de Vincent Descoeur  :
 « Nous avons toujours honoré nos dépenses et nous serons en mesure de les honorer en 2010. Vos propos, monsieur le maire, sont diffamants. J’avais l’intention de nous rassembler dans cette période difficile, plusieurs ont fait d’autres choix. Vous connaissiez le président du consensus, vous apprendrez maintenant à connaître le président qui est agressé. Quelque chose dans cette assemblée ne sera jamais plus comme avant »

Caba 
Jacques Mézard
« Cela fait quinze ans que cela dure, il y a tant à dire »,  « le noyau corporatiste qui s’auto reproduit et dont le seul but est que rien ne se passe. »
« Le projet de reprise de Gilet  a été zigouillé, pas la cession du fonds de commerce, 239.000 € de loyer versés pour la Maison du handicap et Cantal expansion, je ne sais pas si c’est bien […] Et  Abeil dont certains voulaient la liquidation pour récupérer les terrains, je ne sais pas non plus ».
« Je ne suis pas fier pour vous »

Jacques Mézard
 « On ne peut pas être le lien quand on est le porte parole de ces gens là.
Ils m’ont dit ce qu’ils voulaient : Carrefour, c’est non. Mais si c’est Leclerc, ils sont d’accord si c’est ça la solution, il faut arrêter la démagogie. »
« Vous dîtes que nous n’avons pas de projet. Ceux du conseil général, je les attends. Nous n’avons jamais profité des difficultés sur le gouffre de Chaudes Aigues,on aurait pu sortir les tronçonneuses ; sur le Lioran, les obus. Nous ne l’avons jamais fait. Vous supportez mal que la CABA réussisse un certain nombre de choses alors que le département est à l’agonie, en proie à un désastre financier, à une catastrophe. »
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article