Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par christian guittard

4402126336_cea2d88b44.jpg
Le "Seigneur
" ne perd pas les pédales puisque les communications sont payantes 0,34 ou 0,15 €/mn

Qui ne rêve pas de spiritualité dans ce monde si matérialiste? Submergé par le flot de la vie moderne et son lot de désillusions, de tentations ô combien nombreuses et séduisantes, entraîné par la spirale du quotidien où le temps ne cesse de nous échapper, qui n'a pas éprouvé la sensation désagréable de passer à côté de l'essentiel et désirer se tourner vers plus de spiritualité, prendre un peu de temps pour réfléchir sur soi-même...Pourtant les convictions et les pratiques religieuses s'érodent.
Et Dieu sait qu'ils sont majoritaires en France à se 
déclarer de confession catholique (51% des catholiques). Mais la pratique religieuse est en chute libre, pour preuve la messe hebdomadaire a connu une baisse de fréquentation de 35% en 10 ans, et seulement 4% des catholiques sont pratiquants. Parallèlement les vocations se font de plus en plus rares voir miraculeuses et à ce rythme on devrait compter en 2020 seulement 6000 à 7000 prêtres. Heureusement les laïcs prennent le relais 
et il n'est pas rare qu'ils se trouvent à la tête de paroisses.
Quant aux jeunes, affairés dans leur monde virtuel où les nouveaux dieux officient à travers jeux vidéo, internet et téléphones, ils semblent s'éloigner peu à peu des valeurs sociales, morales et religieuses. Moins de 2% des 18-29 ans se rendent à l'Eglise chaque dimanche. Alors pourquoi ne pas mettre la technologie au service de la spiritualité. Et grâce à nos moyens moderne faire rentrer l'église dans nos vies et dans nos coeurs... sur un simple coup de téléphone.
*en aucun cas, il ne s'agit d'une confession sacramentale : vous ne serez pas en présence d'un prêtre et bien entendu l'absolution n'est pas donnée. Ce service est essentiellement une aide à la prière et au recueillement 
.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article