Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par christian guittard

Vue d'architecte parking de la Zac de la Sablière

source :  www.caba.fr/ZAC_de_la_Sablière-52-61-122.html

article : Aurillac Infos, le mensuel de la ville d'Aurillac

 

Un nouveau dossier de création d’une zone commerciale à la

Sablière sera déposé fin juin, à la préfecture pour un passage devant

la Commission Départementale d’Aménagement Commercial

(CDAC) courant septembre.

Pour ceux qui auraient manqué les épisodes précédents de cet

ubuesque feuilleton, je voudrais leur rappeler les principales étapes

antérieures :

- Décembre 2008 : dossier de réalisation d’une zone commerciale à

la Sablière comprenant un hyper «carrefour», adopté à l’unanimité

par la CABA.

- Juillet 2009 : dossier accepté et validé par la CDAC.

- Août 2009 : recours contre le projet déposé auprès de la

Commission Nationale d’Aménagement Commercial (CNAC) notamment

par la CCI et l’association des commerçants de Géant Casino.

- Octobre 2009 : la CNAC se prononce contre le projet au double

motif de son «surdimensionnement» et des difficultés d’accès à la

zone.

Devant cette situation, l’aménageur de la zone et le groupe

«Carrefour» ont donc décidé de déposer un nouveau dossier avec les

éléments suivants :

- Diminution de 20% des surfaces commerciales.

- Officialisation par l’Etat de la déviation de la RN 122 entre Aurillac

et la Sablière permettant le doublement de la voie (ancien et

nouveau tracé) et prévoyant les giratoires d’accès au site. Ces grands

travaux aujourd’hui décidés par l’Etat n’ont de sens qu’avec la

réalisation de la zone d’activité commerciale de la Sablière.

Ce projet constitue donc un très important investissement privé

(plus de 60 millions d’euros) qui n’appelle pas le moindre centime

du contribuable, indispensable à l’attractivité commerciale de

notre ville, souhaité par les consommateurs qui veulent plus de

concurrence et attendu impatiemment par les entreprises du BTP,

particulièrement en ces temps de crise.

Alain Calmette ose espérer que la raison et l’intérêt général l’emporteront et

qu’aucun recours ne viendra, cette fois, retarder encore sa mise en

oeuvre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article