Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par christian guittard


Article paru dans le quotidien " La Montagne"
Coup de chaleur. 
Ce 13 juillet caniculaire, cet habitant de la rue Jean Hérault cherche de l’air.
Mais des aboiements canins incessants lui tapent sur le système autant que la lourdeur de l’atmosphère.
Au moment où il ferme sa fenêtre, vers 23 heures, le voisin et propriétaire de la bête rentre chez lui. La remarque sur ce maudit cabot aura pour seule réponse des invectives. Des « Descends si tu en as… ».
Alors il descend. Son interlocuteur sort d’un repas avec un ami et paraît alcoolisé selon la police (qui ne l’a pas contrôlé). La situation semble se calmer.
Puis bascule. Le propriétaire du chien, chef d’entreprise quinquagénaire, frappe au visage, par derrière.
Le voisin, se sentant menacé par « l’ami » qui vient les séparer, se dégage en assenant un violent coup de poing au cogneur.
Il tombe. Bilan : fractures avec déplacement du plancher orbital, hémorragie subconjonctivale et 14 jours d’ITT.
Les deux hommes, à la fois prévenu et partie civile, ne se sont pas croisés à la barre. Le quinquagénaire, qui a poursuivi les invectives jusqu’à son départ pour l’hôpital, n’est
pas venu. L’autre, 39 ans, physique de rugbyman,est là pour prouver sa bonne foi. Pompier volontaire, il dit avoir eu peur pour lui , puis pour sa « victime » auprès de qui il
est resté jusqu’à l’arrivée des secours.
 Des arguments entendus par le ministère public. Qui tient cependant à faire une distinction. « Vous plaidez la légitime défense, mais la riposte est disproportionnée
par rapport à l’agression », fait valoir Elen Etien, substitut du procureur, qui a requis pour lui un an de prison avec sursis.
« Mais si les conséquences sont différentes, l’acte est identique, et c’est ce qui doit prévaloir », rétorque Me Méral, l’avocat du pompier volontaire. « Mon client vit dans cette rue depuis 1980 et personne ne s’est plaint de son chien », réplique Me Paras.
« C’est normal, il est propriétaire de la moitié de la rue et il y est surnommé “le Roi” », renvoie son confrère…
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article