Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les moeurs politiques dans les années 1920 (translated in English)

par christian guittard 20 Août 2007, 14:37 information

Article paru dans un journal local à l'époque


Moeurs de sauvages

"La veille de l'élection du Canton Nord d'Aurillac. M. D, s'adressant à ses serfs rassemblés, leur disait : « Demain, nous procéderons à l'enterrement de F-M! M. B, député, ajouta : « Et c'est nous qui tiendrons les cordons du poêle! Ces divers propos nous ont été rapportés par l'Avenir du Cantal.

M D fut parfaitement obéi. Dans la soirée de dimanche, des individus, coiffés du haut-de-forme des croque-morts, allèrent chercher un cercueil qu'on avait commandé chez un menuisier du parti. Ils se munirent de bougies et défilèrent sous les fenêtres de l'infortuné docteur L, en l'acclamant. L'agonisant paru à sa fenêtre, et devant ce simulacre mortuaire, fut secoué d'un frisson d'horreur. Il mourait huit jours après, dimanche matin.

L'abominable manifestation dont nous venons de parler a soulevé, dans notre ville, un long mouvement d'indignation. Nous n'avons pas voulu en parler du vivant du docteur L. de peur que nos lignes ne tombassent sous son regard. Mais nous avons aujourd'hui le devoir de faire entendre, au nom de l'honneur de notre cité, une protestation véhémente.

Il faut d'ailleurs, que l'on sache, dans le département tout entier, ce qu'est un D et ce que vaut sa clientèle. Voilà donc ce qu'on a pu voir, au soir d'une élection favorable au Cartel, dans une ville qui passe encore pour civilisée?

Non seulement la police n'a point empêché ce scandale: mais elle y a pris part. Il y avait des agents parmi les sinistres individus qui organisaient un spectacle macabre, inspiré par la haine politique sous le regard d'un moribond!"

Les Trois Mousquetaires.

 

Manners of savages
Election day before of the Northern Canton of Aurillac.
Mr. D, addressing to his serfs gathered, said to them: “Tomorrow, we will proceed to the FM burial! Mr. B, appointed, added: “And it is we who will hold the cords of the stove!
These various remarks were reported to us by the Avenir of the Cantal.
MR. D was obeyed perfectly.
In the evening of Sunday, individuals, capped top hat of the undertaker's assistants, went to seek a coffin which one had ordered in a carpenter of the party. They were provided with candles and ravelled under the windows of unfortunate Doctor L, by acclaiming it. Failing appeared with its window, and in front of this funeral show, was shaken of a shiver of horror. It died eight days after, Sunday morning.
The abominable demonstration from which we come to speak raised, in our city, a long fit of indignation. We did not want to speak about it about living of Doctor L. for fear our lines did not fall under its glance. But we have today the duty to make hear, in the name of the honor of our city, a vehement protest.
It is necessary besides, that one knows, in the entire department, which is D and what its customers • Voilà are worth thus what one could see, at the evening of an election favorable to the Trust, in a city which still passes for civilized?
Not only the police force did not prevent this scandal: but it took share there. There were agents among sinister individuals which organized a macabre spectacle, inspired by political hatred under the glance of a dying man!

 

commentaires

Haut de page