Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J J Richart Prototypes et Automatismes

par christian guittard 19 Juillet 2007, 11:27 information


Dans cet orchestre d'insectes le Grillon de taille humaine est au violon

A quelques kms de Roanne Sainte-Marie dans le village de Saint-Mary, Jean-Jacques Richart conçoit et réalise des automatismes de toute nature. Il a créé son entreprise Auvergne Automatismes Prototypes en 1999. Précédemment, pendant 12 ans il a travaillé à Aurillac dans un laboratoire où il réalisait et modifiait des machines analytiques.

Au démarrage de son entreprise il a démarché des maquettistes connus qui étaient susceptibles de lui fournir du travail. Ses capacités n'ont visiblement pas intéressé le tissu industriel local malgré des démarches de sa part.

Parmi ses réalisations, une maquette de la Lune tournant autour de la Terre au musée Oceanopolis de Brest. Il a eu à concevoir une machine démontrant l'utilité du chiffre0 dans les calculs. Le musée Geothermia à Chaudes Aigues a fait appel à ses capacités pour concevoir une marmite de boue. En fonctionnement on peut voir le bouillonnement de celle ci, une bulle enfle doucement et explose en faisant un plof sonore. Toujours à Chaudes Aigues, il a réalisé une maquette de la Terre qui ouvre ses entrailles pour expliquer le parcours du magma.

Pour réaliser ces montages, il a recours à beaucoup d'imagination et doit souvent se creuser la tête pour trouver les bons éléments ou le bon produit. Les automatismes sont conçus sur plan, certaines pièces importantes lui demandent de faire appel à des entreprises locales en sous traitance. Il réalise ensuite le montage final et la livraison installation du produit fini. Il parcourt ainsi la France entière, au gré de ses réalisations. Chaque automatisme est unique, il demande de nombreuses heures de conception, de travail. Pour une de ces dernières machines, l'éplucheuse à châtaigne, il a passé 900 heures. Cette fabuleuse machine, unique en son genre est un monstre de plus de 300 kilos. La châtaigne entre d'un côté et ressort épluchée de l'autre. Elle peut en éplucher 25 kilos à l'heure. La châtaigne est introduite dans un four tournant légèrement incliné, chauffée à 600° pendant trois minutes. À la sortie du four, elle tombe dans un autre cylindre en inox perforé toujours légèrement incliné ou elle est débarrassée de ses épluchures par des balais tournant à l'intérieur. Les châtaignes finissent leur parcours dans un seau de récupération, les épluchures sont quant à elles réexpédier vers l'extérieur du cylindre et récupérée dans un autre récipient. Jean-Jacques Richart a réalisé une autre machine de grande taille pour le musée du château de la dame de Montsoreau. Le propriétaire du château qui avait pris 365 photos de la Loire au même endroit voulait faire ressortir la variation du niveau du fleuve La machine réalisée est un bac contenant environ 300 l d'eau où sont reproduites des berges du fleuve prises en photo, en même temps le morceau du fleuve reconstitué par Jean-Jacques Richard monte et descend. Il s'agit là d'un énorme travail de coordination entre le visuel et la machine. Pour la petite histoire, six mois environ après sa mise en service le propriétaire lui a téléphoné pour signaler une panne. La panne était en effet très importante, l'eau s'était évaporée.

Toujours entre rêve et réalité, Jean-Jacques Richard a travaillé à l'implantation de 13 automates à la cité des insectes Micropolis près de Millau. Les insectes ont taille humaine et se livrent à diverses facéties. Il y en a plusieurs qui jouent de la musique, la sauterelle du tambourin, la mante religieuse du tambour et le grillon du violon. Le tout fonctionne en musique. Il y a même une maquette de guêpes avec qui l'on peut danser. Pour montrer qu'il est éclectique, il a conçu une couveuse de voyage pour les oeufs d'oie. C Moullec, qui vole avec les oies achète ses oeufs jusqu'en Suède. Il doit les conserver en bonne état jusqu'à son retour en France. Aujourd'hui, c'est possible grâce à J J Richart. Du périscope de 80 kilos et quatre mètres de haut à la photo de la goutte de lait qui s'écrase en tombant, Jean-Jacques Richard est capable de répondre à des demandes extrêmement variées. Il réalise actuellement une maquette pour un planeur sous-marin. Un explorateur polaire Cantalien, Fabrice Genevois le lui a demandé. En grandeur nature le planeur sera capable de descendre jusqu'à 1000 mètres de profondeur pour prendre des photos sous la banquise polaire.

Il travaille aussi actuellement à la réalisation d'un coeur en élastomère de 50 cm de haut qui lorsqu'il sera installé battra comme celui du visiteur. Cette petite merveille sera située dans un musée à Arras où l'on peut visiter l'intérieur d'un corps humain.

Du rêve à la réalité la frontière n'existe plus avec Jean Jacques Richart.

Prototypes and automatisms

With some kms of Roanne Sainte-Marie in the village of Saint-Mary, Jean-Jacques Richart conceives and carries out automatisms of any nature. He created his company Auvergne Automatismes Prototype in 1999. Previously, during 12 years it worked in Aurillac in a laboratory where it produced and modified analytical machines.

With the starting of its company it canvassed model makers known who were likely to provide him work. Its capacities obviously did not interest local industrial fabric in spite of steps of its share. Among its achievements, a model of the Moon turning around the Earth with the Oceanopolis museum of Brest. It had to design a machine showing the utility of the chiffre0 in calculations.

The Geothermia museum in Acute Chaudes called upon its capacities to design a mud pot. Under operation one can see the boiling of that Ci, a bubble swells gently and explodes by making a sound plof. Always in Acute Chaudes, it produced a model of the Earth which opens its entrails to explain the course of the magma.

To carry out these assemblies, it has recourse to much imagination and must often dig the head to find the good elements or the good product. The automatisms are conceived on plan, certain parts important require of him to call upon local companies in subcontracting. It carries out then the final assembly and the delivery installation of the finished product. It traverses whole France thus, with the liking of its achievements.

Each automatism is single, it asks for many hours of design, work. For one of these last machines, the picker with sweet chestnut, it spent 900 hours. This fabulous machine, single in its kind is a monster of more than 300 kilos. The sweet chestnut between side and brings out peeled other. It can peel 25 kilos per hour of them. The sweet chestnut is introduced into a revolving furnace slightly inclined, heated with 600° during three minutes. On the outlet side of the furnace, it falls into another perforated stainless cylinder always slightly inclined or it is removed from its peelings by brushes turning inside.

The sweet chestnuts finish their course in a bucket of recovery, the peelings are as for them to reforward towards the outside of the cylinder and recovered in another container. Jean-Jacques Richart produced another machine of big size for the museum of the castle of the lady of Montsoreau. The owner of the castle which had taken 365 photographs of the Loire at the same place wanted to emphasize the variation of the level of the river the produced machine is a vat containing approximately 300 water L where are reproduced banks of the river taken in photograph, at the same time the piece of the river reconstituted by Jean-Jacques Richard goes up and goes down. It is an enormous work of coordination between the visual one and the machine.

For the small history, approximately six months after his startup the owner telephoned to him to announce a breakdown. The breakdown was indeed very important, water had evaporated.

Always between dream and reality, Jean-Jacques Richard worked with the 13 automat installation of in the city of the Micropolis insects close to Millau. The insects have human size and devote themselves to various jokes. There is several which plays of the music, the grasshopper of the tambourine, the religious mante of the drum and the cricket of the violin. The whole functions in music. There is even a model of wasps with which one can dance.

To show that it is eclectic, it designed an incubator of voyage for goose eggs. C Moullec, which flies with geese buys its eggs until Sweden. It must preserve them in good condition until its return in France. Today, it is possible thanks to J J Richart. Some 80 kilos and four height meters periscope to the photograph of the milk drop which is crushed while falling, Jean-Jacques Richard is able to answer extremely varied requests. It currently produces a model for an underwater sailplane. A Chantillian polar explorer, Fabrice Genevois asked him. In natural size the sailplane will be able to go down up to 1000 meters of depth to take photographs under the polar ice-barrier. It also currently works with the realization of an elastomer heart 50 height cm which when it is installed will beat like that of the visitor. This little marvel will be located in a museum in Arras where one can visit the interior of a human body.

Dream with reality the border does not exist any more with Jean Jacques Richart.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page