Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par christian guittard


  • Serge Moati l'a appris de la direction de France Télévisions la semaine dernière. Son émission «Ripostes» est condamnée. France 5 devrait officiellement connaître une vaste refonte de sa grille des programmes à la rentrée prochaine. C'est dans ce cadre que la seule émission hebdomadaire de débats politiques sur les chaînes de la télévision publique est supprimée.

     

     

    Joint par Mediapart ce lundi matin, Serge Moati n'a pas souhaité commenter plus avant cette information. Mais la veille, il en avait informé son équipe et plusieurs contacts. Dans un SMS adressé à de nombreuses personnes, le producteur écrivait dimanche: « La direction de France Télé a décidé de supprimer Ripostes. Je viens de l'apprendre et je le regrette vivement; des assurances m'avaient, en effet, été données sur la suite de cette aventure qui, pendant dix ans, a su rencontrer un significatif et fidèle public, passionné par les débats politiques libres et vifs. Tous les acteurs de la vie politique française ont bien connu les dimanches de Ripostes. Merci à eux, merci à vous, merci surtout aux citoyens ("de plus en plus nombreux") qui nous ont fait confiance. Je ne doute pas que nous aurons d'autres chances de rencontre, ailleurs !»

     

     

    Serge Moati travaillait pourtant sur une nouvelle formule de l'émission pour le mois de septembre. En dix années d'existence, l'audience de ces débats dominicaux souvent agités n'a cessé de croître, rassemblant en moyenne un million de téléspectateurs. Un record fut atteint avant l'élection présidentielle, lorsque Serge Moati a reçu Nicolas Sarkozy: 2,3 millions de téléspectateurs.

     

    Dans deux entretiens accordés cette semaine à Télérama et àMarianne, Serge Moati, qui n'évoque pas la suppression de son émission, s'explique sur son fonctionnement et ses réussites«L'émission est réussie quand j'ai assisté à l'émergence d'une idée. Je veille à la cadence des débats. Je fais de nombreux gestes», dit-il.

    «La télé évite la prise de risque, alors que, justement, le service public devrait offrir des chances», ajoute le réalisateur. Lancée dans la confidentialité de la petite chaîne France 5, «Ripostes» s'est progressivement imposée. Maître d'orchestre parfois autoritaire, Serge Moati voulait du débat, de la polémique, de la répartie, quitte à interrompre ses interlocuteurs ou à favoriser un chaos pas toujours créateur.

     

    Mais la diversité des thèmes abordés, les invitations faites à des acteurs parfois peu connus, les moments d'esprit libre ou de confrontations d'idées ont très vite distingué «Ripostes» des autres émissions politiques de l'audiovisuel public. Moins compassé, moins prévisible, moins respectueux, ce rendez-vous hebdomadaire a tenu quand les grand-messes télévisées s'espaçaient ou disparaissaient.

     

    Est-ce cette liberté de ton qui a convaincu la direction de France Télévisions de supprimer l'émission? A Serge Moati, il serait demandé de réfléchir à une émission de cinéma... Joint par le Nouvelobs.com, le directeur des programmes de France 5, Philippe Vilamitjana, juge que Serge Moati «n'a pas démérité mais qu'il est temps de passer à autre chose». Une «émission politique nouvelle» est annoncée qui devra renouveler le genre...

     

    En 2007, la direction de France 5 avait supprimé une autre émission considérée comme irrévérencieuse, «Arrêt sur images», l'émission sur les médias de Daniel Schneidermann qui a depuis créé le site@si. Là aussi, il fut dit qu'il était temps de «passer à autre chose» et qu'une nouvelle émission de critique des médias verrait le jour, animée par Paul Amar. De critique des médias, très vite, il ne fut plus question.

     

    Pilier du service public, auteurs de nombreux films, documentaires, livres, Serge Moati estime que depuis vingt-cinq ans, la télé «a raté l'occasion de devenir, enfin, une résistance culturelle. Les modèles dominants ont gagné.» Favorable à la suppression de la publicité sur le service public, Serge Moati avait également condamné la nomination du président de France Télévisions par le président de la République. Au nom d'une «éthique du service public», dit-il. 

     

    Lire aussi ce billet de blog de mars 2008, dans lequel Serge Moati s'explique sur un documentaire tourné lors des élections municipales:

    Serge Moati : «Respirer au rythme des politiques» 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article