Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par christian guittard


  • Lire Aussi

    Chez de nombreux universitaires, la seule évocation du nom d'Alain Bauer provoque les mouvements d'humeur les plus divers. La création – sur proposition du gouvernement – d'une chaire de professeur de «criminologie» spécialement attribuée à ce personnage fort controversé va donc encore faire grincer bien des dents. Vendredi 6 février, le Conservatoire national des arts et métiers a pourtant donné son accord à cette nomination très discutée, en son sein et ailleurs, du candidat de l'Elysée.

     

    Les gardiens de la rigueur académique reprochent notamment à l'ancien grand-maître du Grand Orient de France de mélanger en permanence les genres sur les questions de sécurité. Qu'on en juge : Alain Bauer est à la tête de la société de conseil AB Associates (qui travaille pour le public et le privé), mais aussi conseiller officieux de Nicolas Sarkozy, auteur de rapports (fichiers de police, vidéosurveillance, formation et recherche en matière stratégique) commandés par l'Elysée ou le ministère de l'intérieur, où il préside l'Observatoire national de la délinquance...

     

     

    «Fondé en 1794, sur proposition de l'abbé Grégoire, le Conservatoire des arts et métiers a pour tradition d'accueillir des disciplines dont l'université ne veut pas»,dit aujourd'hui Alain Bauer (dont le portrait se lit ici sur Mediapart) au sujet de la controverse liée au CNAM. «En France, la criminologie n'est pas – ou pas encore – une discipline reconnue par le système universitaire classique...», ajoute l'intéressé.

     

     Les opposants à sa nomination n'en dénoncent pas moins le recours à une «voie royale» qui profite au protégé de l'Elysée. D'ordinaire, les professeurs titulaires du CNAM sont recrutés parmi des universitaires aux qualités scientifiques reconnues ou – spécificité locale – parmi des personnalités qualifiées pour leurs compétences professionnelles. Alain Bauer, lui, va bénéficier d'une «chaire de l'Ancien régime» à la discrétion du pouvoir en place, déplorent ses détracteurs. Rien de contraire aux statuts du conservatoire: une telle désignation permet au gouvernement de lier la création d'une chaire au nom de son occupant. La procédure est rare et n'a concerné qu'une poignée des professeurs du conservatoire, dont Bernard Kouchner (chaire de «Santé et développement») reste à ce jour le représentant le plus réputé.

     Autant dire que l'entrée en chaire d'Alain Bauer nourrit et nourrira des oppositions persistantes. En janvier, des débats assez tendus avaient divisé le conseil des enseignants du conservatoire (14 voix pour, 12 contre). Ce vendredi 6 février, le conseil d'administration (présidé par Gérard Mestrallet, le PDG du groupe Gdf-Suez) a longuement évoqué la question. Mais le CNAM ne veut rien dire de cette réunion. «Aucune information» n'est ainsi donnée par la direction de la communication et il est impossible d'obtenir la moindre confirmation officielle. 

    Tout indique pourtant qu'Alain Bauer sera bien professeur titulaire de cette chaire de «criminologie». Il ne reste plus qu'une formalité: la signature du décret par la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, Valérie Pécresse.

    Au-delà de cette désignation particulière, la création de la chaire concernée se retrouve au cœur d'enjeux plus vastes qui agitent vivement les milieux universitaires concernés. C'est la légitimité même de la «criminologie» dans le champ universitaire qui fait l'objet de débats serrés. Contrairement à la Belgique ou au Canada, l'Hexagone ne reconnaît pas ce domaine d'études comme une discipline académique (on pourrait la définir sommairement comme l'étude scientifique du phénomène criminel). Que le controversé Alaint Bauer, titulaire d'un DESS de «politiques publiques et gestion des organisations», soit présenté comme le criminologue le plus célèbre de France n'arrange rien à l'affaire...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article