Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par christian guittard

De quelques parricides dans le Cantal au XIXe siècle : crime suprême ou folie temporaire ?

Mardi 18 novembre, 17 h 30, Aurillac, salle de conférences des Archives départementales (entrée par la rue du 139e RI). 
Conférence de Jean-Pierre Serre, «Œdipe à Saint-Flour. De quelques parricides dans le Cantal au XIXe siècle : crime suprême ou folie temporaire ?». 

Le parricide, seul "crime inexcusable", selon le Code pénal de 1810, même s’il demeure rare dans les campagnes cantaliennes du XIXe siècle, n’en est pas moins le révélateur extrême des tensions familiales. Celles-ci résultent moins des contraintes économiques (on peut toujours émigrer) que d’un Code civil napoléonien organisant la descendance, à vie, de la femme et jusqu’à une tardive majorité de la femme.

Illustration : Croquis réalisé pour le procès criminel de Laurent gendre, qui assassina son père Guillaume en 1867 à Anglards-de-Saint-Flour (Archives du Cantal, 38 U 212)

La conférence sera suivie de la vente et de la dédicace de Jean-Pierre Serre et Christian Estève, Les grandes affaires criminelles du Cantal, De Borée, 2008, 24 €. Entrée libre ; organisé par l’association Photothèque et archives cantaliennes.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article