Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par christian guittard

02 aoû 2008Par  Louise Fessard  www.mediapart.fr (source et suite de l'article)

Début juillet, les billets en seconde classe des train Corail Intercités, Corail de jour, Téoz et trains express régionaux (TER) ont augmenté de 2,5 % (entre 10 centimes et 2,20 € en fonction du trajet) et les cartes senior (56 €) et enfant (70 €) de un euro. Soit moins que l'inflation (3,3% en mai sur un an) donc a priori pas de quoi déclencher une telle bronca des associations de consommateurs.

 Et pourtant... Sur le site du magazine 60 millions de consommateurs, un internaute, Loïc, dit constater une «envolée des prix» de la SNCF, «20 à 30% en moyenne sur les trajets Paris-Lyon avec carte de réduction, et je m'y prends au plus tard 15 jours avant ! Jouissant d'un monopole, c'est scandaleux! ».L'entreprise publique est de plus en plus attaquée pour une hausse en trompe-l'œil des prix des billets, notamment par une augmentation du nombre de périodes de pointe, et une politique tarifaire opaque.

 En juin, un député UMP, Hervé Mariton, a décidé de plonger son nez dans la politique tarifaire de l'entreprise publique et doit rendre son rapport en octobre ; le magazine 60 millions de consommateurs vient de lancer un appel à témoignages : « La SNCF multiplie les offres à bon prix. Profitez-vous vraiment de ces petits tarifs ? Le système de tarification vous semble-t-il transparent ?»

  En théorie le prix d'un billet dépend du nombre de kilomètres parcourus -avec une dégressivité- mais de plus en plus, il est fixé comme un prix de marché, dépendant de l’offre et de la demande, et varie de manière peu transparente selon les destinations, les jours et les heures. C'est ce qu'on appelle le «yield management», une technique de marketing empruntée aux compagnies aériennes.

 La SNCF se refuse à donner une évolution précise des prix sur les dix dernières années, son offre n'étant pas constante (ouverture de nouvelles lignes, évolution de la concurrence, temps de trajet diminué). Tour de piste de trois petites «entourloupes» à la sauce SNCF.

TGV : plus rapide mais aussi plus cher et moins transparent

 L'ouverture de lignes TGV provoque une hausse des tarifs, d'environ 20% par exemple sur la ligne TGV Est mise en service en juin 2007. La Fédération nationale d'usagers des transports réclame depuis longtemps un maintien d'un train Corail -moins cher- quotidien sur les lignes TGV.«Une personne âgée avec une petite retraite se fiche bien de mettre deux heures de moins pour aller à Paris», remarque Jean Sivardière, président de la Fédération nationale des usagers des transports (Fnaut).

 Cliquez sur la carte ou ici pour la voir en grand.

 

 D'autant que le prix des billets TGV, qui a augmenté de 5% en janvier 2008, prendra bien plus en janvier 2009, en raison du renchérissement des péages ferroviaires que la SNCF verse à Réseau ferré de France (RFF) pour l'utilisation des voies ferrées.

 La SNCF redonne environ 30% du coût moyen d'un billet de TGV (42 euros) à RFF pour l'entretien et les investissements sur les voies (voir répartition d'un billet de TGV dans l'onglet «prolonger»).

 Faire payer au voyageur l'entretien des voies, pas de problème dit la Fnaut. Mais pour le développement du réseau ? Une ineptie selon Jean Sivardière, pour qui, en ces temps de Grenelle de l'environnement, il serait plus logique de taxer les voyageurs qui choisissent l'avion sur des trajets intérieurs, comme Paris-Marseille, plutôt que les utilisateurs «vertueux» d'un moyen de transport écologique.

 De plus, contrairement aux trains régionaux, il n'existe pas de calendrier écrit des périodes de pointe - synonymes de tarif plus élevé - pour les TGV. Le voyageur ne découvre si son TGV est en période d'affluence ou non qu'au moment d'acheter son billet. « Nous réfléchissons à la réalisation d'un calendrier des périodes de pointe qui serait inclus dans le guide du voyageur, explique-t-on à la direction commerciale du TGV. Mais c'est difficile parce qu'il y a plus de 800 TGV et que les périodes d'affluence varient ligne par ligne»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article