Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le strip-tease sécuritaire est discrètement organisé dans les aéroports américains

par christian guittard 13 Juin 2008, 07:17 information

 12 jun 2008Par  Erich Inciyan www.mediapart.fr  (source et suite)

 Avis à la population des passagers d’avion ! L’intimité des corps vient d’être sacrifiée à la lutte antiterroriste. Début juin, dix des plus importants aéroports des Etats-Unis ont franchi le pas. Des scanneurs ont été installés, qui «voient» à travers les vêtements et dévoilent la nudité des passagers, au millimètre près. Shocking…

 L'intérêt est évidemment de découvrir, le cas échéant, les armes et explosifs que les détecteurs de métaux n'auraient pas repérés (plastique, céramique, etc). Pour la masse des passagers, la réalité sera plus banale: à tout coup, les morphologies et leurs parties les plus intimes seront détaillées. La pudeur – des Anglo-Saxons et des voyageurs internationaux – dût-elle en souffrir.

 Sur l’écran, seul le visage est brouillé. A-t-on affaire à de l’image virtuelle ou à de l’hyperréalisme ? Selon les promoteurs du système, la technologie est en tout cas tellement au point que l’on peut déceler «la sueur dans le dos d’une personne»…

Dans les aéroports internationaux de New York (JFK) ou de Los Angeles (LAX), des passagers choisis par les services de sécurité sont donc désormais invités à passer au scanneur. L’Administration américaine de la sécurité des transports a mis en place deux cents appareils de ce type. Les heureux sélectionnés doivent se tenir debout à l’intérieur d’un portique, tout habillés, pendant une trentaine de secondes.

 

Dans une pièce voisine, un autre être humain examine les parties et le tout, qui apparaissent sur un écran. Le système est déjà à pied d’œuvre dans les aéroports de Baltimore, Denver, Albuquerque (le tour de Dallas, Detroit, Las Vegas et Miami doit venir dans les prochaines semaines). Sitôt visionnées par le préposé aux corps nus, les images sont détruites, assurent les autorités. Mais les défenseurs des droits de l’homme sont sur les dents.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page