Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par christian guittard

02 mai 2008Par  Stéphane Alliès source www.mediapart.fr
Tempête dans un verre d'eau médiatico-trotskyste. Olivier Besancenot se rend à Vivement dimanche, l'émission de Michel Drucker. Il a suffi qu'une voix s'élève à l'intérieur de la LCR, celle de Christian Picquet (opposant récemment "purgé"), pour que presse (notamment Libération) et blogosphère s'enflamment. Un dévoiement de l'esprit de Trotsky, cédant aux affres de la "pipolisation"? Et plus de 60.000 occurrences sur Google! Pourtant, rien de vraiment neuf sous le soleil de l'extrême gauche.

 

 Arlette Laguiller avait depuis longtemps déjà investi le champ des médias populaires, avec la bienveillance des journalistes (comme le notait en 2002 le Guardian). En 1993, "Arlette it be" chantait «Mon petit loup» à Pierre Perret, sous les yeux tendres de Frédéric Mitterrand (la preuve en cliquant ici). Et, en 2002, elle livrait sa vie privée à Gala, puis Paris Match

 Si Olivier Besancenot refuse (pour l'instant) de parler de son intimité, ne souhaitant pas évoquer mère, femme et enfant avec le prêtre de la grand-messe dominicale de France 2, il a depuis cinq ans maintenant concédé un peu de son espace privé aux grands médias. Et cette porte laissée entrouverte peut déstabiliser les nostalgiques d'un parti pour lequel priment débats d'idée et grandes théories révolutionnaires.
Alors évidemment, à côté d'Henri Weber et Alain Krivine (même jeunes), Olivier Besancenot dénote et détonne. Retour sur son ascension médiatique, des Grosses têtes en 2003 à Vivement dimanche. Une continuité logique, qui doit lui permettre, selon ses termes, «de plaider des causes» en «profitant d'une tribune permettant de s'adresser à des millions de personnes».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article