Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par christian guittard

soutien aux journalistes de France 3 Auvergne

Auvergne Patrimoine

13 h

Par soutien aux journalistes de France 3 Auvergne, dont certains connus personnellement que j’estime pour leur sérieux et leur professionnalisme.
Tout simplement pour la Liberté et la transparence de la Presse.
Je partage ici la lettre ouverte aux médias et aux téléspectateurs signée par les journalistes, techniciens et administratifs de France 3 Auvergne signée par la grande majorité des personnels de l’antenne régionale.

Personnellement, je n’ai pas oublié la destruction de certains immeubles au Puy-en-Velay dont la façade historique était protégée, le Service Régional de l’Archéologie obligé de réaliser un relevé architectural du bâti de toute urgence et en toute hâte car les règles de l’urbanisme non respectées (action qui coûta la tête d’un Directeur régional des affaires culturelles il y a de cela une dizaine d’années).

« Chers téléspectateurs,

Face au soupçon de censure qui frappe aujourd’hui la chaîne dans laquelle nous travaillons, nous, journalistes, techniciens et personnels administratifs de France 3 Auvergne ressentons le besoin de vous raconter ce qu’il se passe dans votre télévision de proximité.

Toute la semaine à compter du 8 janvier, nous devions vous proposer une série de reportages sur le bilan du président de région Laurent Wauquiez dans nos journaux télévisés. Cette enquête a été réalisée par deux journalistes de la rédaction de Lyon : Sylvie Cozzolino et Thierry Swiderski.

La série comptait 5 épisodes, programmés sur les trois antennes de Clermont, Grenoble et Lyon. A Clermont-Ferrand, nous avons diffusé le premier lundi dans le 19/20 et mardi dans le 12/13. Le second volet a été diffusé mardi soir et mercredi à midi. Mais mercredi, en début d’après-midi, la direction régionale de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes nous a ordonné de ne pas diffuser la suite.

Les reportages ont été retirés de nos sites internet et de nos pages sur les réseaux sociaux.

Les reportages sont validés par les rédacteurs en chefs avant de passer à l’antenne. Ceux-ci l’ont été puisque l’auteure de la série a reçu des félicitations pour son travail. Que s’est-il passé pour que notre hiérarchie change complètement d’avis après 2 jours et demi de diffusion ? Comment ces reportages ont-ils pu passer subitement d’une « très bonne enquête » à « non diffusables » dans la bouche des mêmes personnes en 48 heures ?

Nous avons protesté, en vain. Face aux questions, notre direction nous a indiqué que la diffusion était suspendue car ces reportages ne répondaient pas à l’impératif de « neutralité et de pluralisme. » Aucune explication n’a pourtant été donnée aux téléspectateurs à l’antenne.

Notre direction nous explique que ces reportages manquent de points de vue favorables à Laurent Wauquiez. Sur l’ensemble de la série, le président du Conseil Régional est pourtant interrogé à plusieurs reprises. De plus, Laurent Wauquiez a été invité dans l’émission « Dimanche en Politique » le dimanche de la même semaine, émission de 52 minutes dans laquelle il a pu s’exprimer sans aucun opposant politique pour lui apporter la contradiction en dehors de nos
journalistes et de deux invités de la société civile. De plus, après la diffusion du deuxième reportage, Laurent Wauquiez a demandé et obtenu de notre direction régionale une interview supplémentaire qui va lui être offerte sur toutes les antennes de la région, toujours sans contradicteur politique.
Nous ne savons pas si le retrait des reportages a été le fruit d’une pression du président du Conseil Régional ou d'une autocensure préventive de notre direction régionale.
Dans les deux cas, c’est inacceptable. Cette décision fait peser un soupçon de collusion entre notre chaîne et un responsable politique. Expurger nos éditions de certains reportages de cette façon, c’est remettre en cause notre
indépendance et bafouer notre déontologie journalistique.
Face au tollé suscité par cette décision, la direction régionale a fait machine arrière jeudi après-midi et décidé de diffuser les épisodes 4 et 5 vendredi et samedi mais le numéro 3 restera de façon incompréhensible invisible pour les téléspectateurs auvergnats.
A vous qui nous regardez, sachez que nous tâchons chaque jour de vous proposer un service public de qualité, un journalisme indépendant et honnête. Nous souhaitons pouvoir faire notre métier à l’abri des pressions extérieures. Mais pour cela, nous devons être soutenus par l'ensemble de notre hiérarchie. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. »

Signataires (par ordre alphabétique)
----
Richard Beaune, journaliste
Alain Bertrand, technicien de reportage
Sébastien Bonnetot, monteur
Laurent Bortolazzo, opérateur son
Edouard Boulliau, scripte
Brigitte Cante, journaliste
Charline Collet, journaliste
Benoît Courtine, monteur
Christian Darneuville, journaliste
Marc Déan, scripte
Luc Dessapt, opérateur vidéo
Claude Fallas, journaliste
Pascale Felix, journaliste
Fabien Gandilhon, journaliste
Cyrille Genet, journaliste
Alexandre Jais, opérateur son
Jean Jazeix, journaliste
Philippe Heitz, technicien logistique
Nicolas Hugot, éditeur web
Walter Jouffrey, opérateur vidéo
Christian Lamorelle, journaliste
Julien Le Coq, journaliste
Bruno Livertoux, journaliste
Bruno Lebret, journaliste
Claire Lebret, assistante rédaction
Alfonso Martinez, journaliste
Valérie Mathieu, journaliste
Elodie Monnier, journaliste
Marie Morin, journaliste
Fredéric Nobile, opérateur vidéo
Brice Ordas, monteur
Vincent Pailhoux, opérateur vidéo
Laurent Pastural, journaliste
Joël Prévost, opérateur vidéo
Valérie Riffard, journaliste
Didier Robert, monteur
Stéphanie Salmon, monteuse
René Thévenot, journaliste
Maxime Van Oudendycke, journaliste
Stéphanie Vinot, journaliste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article