Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Massiac élections municipales : le renouveau du centre ville c'est possible

par christian guittard 22 Mars 2014, 09:41

Aucune des 3 listes n'a vraiment abordé le sujet, pourtant il est peut être plus utile de rénover le centre bourg avec des équipements collectifs existants que de construire à l'exterieur du bourg.

Mais il faut une volonté politique forte pour la réalisation d'une telle opération (OPAH).

L' Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat : OPAH de droit commun

L’OPAH telle que définie dans la circulaire du 8 novembre 2002 concerne des quartiers ou zones présentant un bâti dégradé, voire indigne, en milieu rural, péri-urbain, ou urbain, dans tous types de bourgs, de villes ou d’agglomérations, et, souvent confrontés à des phénomènes de vacance de logements, de dévalorisation de l’immobilier, d’insuffisance, quantitative et qualitative, de logements, et, enfin, d’insuffisance des équipements publics et ou de déclin des commerces.
Sous l’impulsion et le portage politique de la collectivité territoriale compétente, en lien avec l’Etat et l’Anah, l’objectif de l’OPAH est de remédier à ces situations à travers une dynamique de réhabilitation et de production d’une offre de logements et de services, répondant aux besoins des populations résidentes, tout en préservant la mixité sociale du quartier , en cohérence avec les objectifs du Programme local de l’habitat (PLH), s’il existe, et du Plan local d’urbanisme.
L’OPAH de droit commun se caractérise par :
- la mise en place d’un dispositif d’incitations ouvert aux propriétaires privés, visant la réalisation de travaux dans les immeubles d’habitation et les logements ;
- l’engagement par la collectivité territoriale d’amélioration du cadre de vie (espaces publics, commerce, équipements urbains etc).

L’identification des territoires confrontés à des difficultés justifiant le recours à l’OPAH peut résulter des données du programme local de l’habitat (PLH), de l’élaboration du plan local d’urbanisme (PLU), de projets de développement local (chartes de pays, de Parc Naturel Régional....), mais aussi des bilans d’opérations engagées préalablement.
L’OPAH doit s’articuler pleinement avec les documents d’urbanisme, notamment avec le PLU et son Projet d’aménagement et de développement durable (PADD), dont elle peut être une déclinaison opérationnelle. L’OPAH doit, également, s’articuler, le cas échéant, avec les divers documents relatifs à la protection et à la mise en valeur du patrimoine, la prévention des différents risques (zones inondables, de bruit, etc.).

Une OPAH de « droit commun », ou « classique » se concrétise par une convention d'une durée de cinq ans maximum, qui décline un programme d'actions et précise les engagements réciproques de la collectivité territoriale compétente, de l'Etat et de l'Anah, voire de partenaires complémentaires.
L’opération sera engagée de façon calendaire (de date à date).

L’OPAH de renouvellement urbain, dont les caractéristiques sont précisées en annexe II, permet de traiter spécifiquement les territoires urbains confrontés à de graves dysfonctionnements urbains et sociaux, nécessitant, en sus des incitations et du programme d’actions d’accompagnement propres à toute OPAH, la mise en place de dispositifs d’intervention lourds. Ces dispositifs font, notamment, appel à des interventions foncières et immobilières et à des outils coercitifs de droit public (traitement
de l’insalubrité, démolitions, actions foncières, sous déclaration d’utilité publique (DUP) ou non…), en appui du projet urbain et social volontariste.
Cette OPAH bénéficie de subventions fortement majorées de l’Etat pour mener à bien les études pré-opérationnelles et la conduite d’opération. L’ANAH y apporte un financement amélioré en faveur des travaux entrepris par les propriétaires occupants.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page